Appelez-nous pour obtenir votre
devis gratuit : 01 74 65 66 33 ou

Insectes / Guêpes

De couleur jaune et noire, les guêpes se distinguent des frelons par leur dimension plus modeste, et des abeilles par leur fine taille (leur abdomen se rétrécit avant de se connecter au thorax, contrairement aux abeilles). Les guêpes vivent en société, dans des nids faits de papier de bois : elles utilisent des fragments de bois qu’elles arrachent, à l’aide de leurs mandibules, à des branches ou à des troncs, et qu’elles mastiquent et humectent de leur salive. La pâte ainsi produite, en se durcissant, devient un matériau gris ou brun jaunâtre, ressemblant à du papier. Les “guêpiers” peuvent être aériens ou souterrains, de forme le plus souvent sphérique. Sous nos climats, les nids sont annuels et ne sont pas réoccupés d’une année sur l’autre. Les colonies peuvent compter jusqu’à 10 000 individus. 
Au printemps et en été, les ouvrières sont des prédateurs puissants d’autres insectes comme, par exemple, des moustiques, des mouches, des chenilles, des pucerons et des larves de divers insectes, qu’elles réduisent en bouillie avant de les ingurgiter. Les guêpes recherchent aussi laviande de boucherie fraîche. La nourriture à base d’insectes et de viande, riche en protéines, est principalement destinée aux larves. 
A l’arrière-saison, les soins à apporter au couvain diminuant, le régime alimentaire se modifie et les ouvrières se nourrissent principalement du nectar de fleurs et de la pulpe de fruits mûrs, ainsi que du sucre des denrées alimentaires (jus de fruits, confitures…). 
Les guêpes peuvent devenir agressives si elles se sentent menacées, et présentent un danger lorsque le nid se trouve à proximité d’une habitation. Les ouvrières, chargées de la défense, quittent le nid et attaquent dès qu’elles perçoivent des vibrations dues, par exemple, à des pas, à des coups, à la mise en marche d’un moteur, etc. Elles se dirigeront alors vers tout être vivant, humain ou animal, ou tout objet en mouvement. Lorsque le nid est écrasé ou arraché de son support, la défense est massive, la majorité des ouvrières quittant le nid. Sa destruction doit être confiée à un expert.

De couleur jaune et noire, les guêpes se distinguent des frelons par leur dimension plus modeste, et des abeilles par leur fine taille (leur abdomen se rétrécit avant de se connecter au thorax, contrairement aux abeilles). Les guêpes vivent en société, dans des nids faits de papier de bois : elles utilisent des fragments de bois qu’elles arrachent, à l’aide de leurs mandibules, à des branches ou à des troncs, et qu’elles mastiquent et humectent de leur salive. La pâte ainsi produite, en se durcissant, devient un matériau gris ou brun jaunâtre, ressemblant à du papier. Les “guêpiers” peuvent être aériens ou souterrains, de forme le plus souvent sphérique. Sous nos climats, les nids sont annuels et ne sont pas réoccupés d’une année sur l’autre. Les colonies peuvent compter jusqu’à 10 000 individus. Au printemps et en été, les ouvrières sont des prédateurs puissants d’autres insectes comme, par exemple, des moustiques, des mouches, des chenilles, des pucerons et des larves de divers insectes, qu’elles réduisent en bouillie avant de les ingurgiter. Les guêpes recherchent aussi laviande de boucherie fraîche. La nourriture à base d’insectes et de viande, riche en protéines, est principalement destinée aux larves. A l’arrière-saison, les soins à apporter au couvain diminuant, le régime alimentaire se modifie et les ouvrières se nourrissent principalement du nectar de fleurs et de la pulpe de fruits mûrs, ainsi que du sucre des denrées alimentaires (jus de fruits, confitures…). Les guêpes peuvent devenir agressives si elles se sentent menacées, et présentent un danger lorsque le nid se trouve à proximité d’une habitation. Les ouvrières, chargées de la défense, quittent le nid et attaquent dès qu’elles perçoivent des vibrations dues, par exemple, à des pas, à des coups, à la mise en marche d’un moteur, etc. Elles se dirigeront alors vers tout être vivant, humain ou animal, ou tout objet en mouvement. Lorsque le nid est écrasé ou arraché de son support, la défense est massive, la majorité des ouvrières quittant le nid. Sa destruction doit être confiée à un expert.

Le saviez vous ?

Mauvaise nouvelle…. Contrairement à celui de l’abeille, l’aiguillon de la guêpe est lisse et ne reste donc pas fiché dans la peau : la guêpe peut donc piquer plusieurs fois, sans que cela lui soit fatal.