Appelez-nous pour obtenir votre
devis gratuit : 01 74 65 66 33 ou

Insectes / Fourmis

Lointaine cousine des guêpes et des abeilles, les plus de 15 000 espèces de fourmis dénombrées ont réussi à coloniser la terre entière, à l’exception des Pôles. Dotées de 6 pattes et d’une paire d’antennes, les fourmis n'ont pas d’ailes, excepté certains individus reproducteurs. Leur taille varie entre 0,75 et 52 mm, pour un poids variant d’1 à 10 mg., selon les espèces.
Les fourmis vivent dans des fourmilières, rassemblant parfois des millions d’individus. Leur organisation sociale complexe constitue un éternel sujet d’étude pour les chercheurs. Leur choix d’habitat est varié, depuis les troncs d’arbre ou amas de bois dans la nature, jusqu’aux cuisines des maisons. Les fourmis sont des omnivores qui se nourrissent de tout ce qu’elles peuvent trouver : déchets alimentaires, graines, miellat de puceron, pollens de fleurs mais aussi cadavres d’insectes et de petits animaux.
Au moment de la reproduction, les jeunes reines et les mâles quittent la colonie pour un vol nuptial (essaimage). Au terme de l'accouplement, les mâles meurent et les reines survivantes fécondées garderont la semence des mâles toute leur vie. Aussitôt établies dans le lieu idéal, elles se débarrassent de leurs ailes et ne voleront plus jamais. C’est dans ce lieu qu’elles pondront leurs œufs, pour constituer une nouvelle fourmilière en quelques jours. Une majorité d’œufs donnera des fourmis ouvrières stériles ; le reste sera constitué de mâles et de femelles. Mourant après s’être reproduits, les mâles ont une vie très brève. Les fourmis ouvrières vivent entre 3 semaines et 1 an. La reine quant à elle peut vivre jusqu'à 15 ans.

Lointaine cousine des guêpes et des abeilles, les plus de 15 000 espèces de fourmis dénombrées ont réussi à coloniser la terre entière, à l’exception des Pôles. Dotées de 6 pattes et d’une paire d’antennes, les fourmis n'ont pas d’ailes, excepté certains individus reproducteurs. Leur taille varie entre 0,75 et 52 mm, pour un poids variant d’1 à 10 mg., selon les espèces. Les fourmis vivent dans des fourmilières, rassemblant parfois des millions d’individus. Leur organisation sociale complexe constitue un éternel sujet d’étude pour les chercheurs. Leur choix d’habitat est varié, depuis les troncs d’arbre ou amas de bois dans la nature, jusqu’aux cuisines des maisons. Les fourmis sont des omnivores qui se nourrissent de tout ce qu’elles peuvent trouver : déchets alimentaires, graines, miellat de puceron, pollens de fleurs mais aussi cadavres d’insectes et de petits animaux. Au moment de la reproduction, les jeunes reines et les mâles quittent la colonie pour un vol nuptial (essaimage). Au terme de l'accouplement, les mâles meurent et les reines survivantes fécondées garderont la semence des mâles toute leur vie. Aussitôt établies dans le lieu idéal, elles se débarrassent de leurs ailes et ne voleront plus jamais. C’est dans ce lieu qu’elles pondront leurs œufs, pour constituer une nouvelle fourmilière en quelques jours. Une majorité d’œufs donnera des fourmis ouvrières stériles ; le reste sera constitué de mâles et de femelles. Mourant après s’être reproduits, les mâles ont une vie très brève. Les fourmis ouvrières vivent entre 3 semaines et 1 an. La reine quant à elle peut vivre jusqu'à 15 ans.

Les quelques 220 espèces de fourmis présentes en France sont principalement inoffensives. Cependant, une invasion dans la cuisine (où leur présence peut souiller les aliments), ou le jardin (qu’elles peuvent creuser de galeries souterraines) peut requérir le traitement par un professionnel.

Le saviez vous ?

Les ouvrières de plusieurs espèces sont incapables de s'occuper de leur couvain. Pour se perpétuer, ces espèces doivent donc impérativement capturer des ouvrières lors de raids. C’est ainsi qu’elles volent les larves et les nymphes d'autres espèces, pour renforcer les effectifs de leurs propres colonies. Les ouvrières nées des captures sortent et ramènent de la nourriture dans le nid de leurs ravisseuses, et s'occupent de leurs œufs comme si elles appartenaient à leur propre espèce.